Je viens de terminer les concours et je voulais rédiger un petit post pour synthétiser les infos sur les épreuves de compta. C'est un mix de conseils et de retours sur les épreuves. C'est clairement pas exhaustif, et ça reste mon point de vue, mais il y a ce que j'aurais aimé savoir au début de mes révisions. Pour info j'ai passé les épreuves contrôleur/inspecteur à la dgfip/douane.
Avec entre 17 et 19 sur 5 épreuves. Je mets le post pour les inspecteurs à cause de l'épreuve orale, mais il concerne aussi bien les contrôleurs.

Le programme

Comptabilité, analyse financière et contrôle de gestion. Ce n'est pas toujours clairement exprimé dans l'intitulé de l'épreuve, mais il n'y a pas d'épreuve purement comptable.
Je préfère préciser parce que c'est une remarque qui ressort souvent dans les rapports du jury (impasse des candidats sur l'analyse financière).
Du coup il faut bien revoir les 3 parties.
 
Sur les programmes en tant que tel il n'y a pas grand chose à dire, il sont disponibles sur economie.gouv partie recrutement. Globalement ils sont peu détaillés et on pourrait mettre beaucoup de chose derrière « le financement des investissements ».
 
Le mieux ça reste de compléter le programme avec les annales. Globalement l'idée c'est de venir ventiler le programme avec toutes les questions que l'on peut trouver dans les annales. C'est long de tout décortiquer (il ne faut pas se contenter d'un concours, mais bien prendre toutes les annales de tous les concours avec de la compta).
Mais ça a plusieurs avantages. Déjà avoir une meilleur compréhension de ce qui peut être posé.
Ensuite on voit très bien ce qui tombe tout le temps et qu'il faut impérativement apprendre.
Enfin ça évite de zapper des choses, par exemple l'imputation rationnelle d'inspecteur dgfip 2019 était tombée au concours d'inspecteur des douanes 2016, donc pas de surprise.
 
Par exemple dans le programme on va trouver le thème « les investissements ». Avec les annales on peut le compléter d'un sous-thème « immobilisation par composant » en donnant des exemples de questions « cession d'une immo amortie avec composants », « comptabilisation d'un ensemble décomposable avec dégressif », « décrire le traitement comptable d'un composant », « présentez l'extrait du plan d'amortissement des différents composants ». Derrière on note la fréquence, inspecteur analyste dgfip : 2017, 2016, 2015, inspecteur douanes : 2017.
 
Ce n'est pas forcément exhaustif, mais je trouve que ce qui doit être révisé est beaucoup plus clair en posant toutes les questions dès le début et en les regroupant par thème.

Comment réviser : Il y a deux extrêmes.

Le classique des concours : « la roue de la fortune », je révise un peu mais je n'ai pas le temps / la motivation de faire plus, si ça tombe sur ce que je connais ça va le faire, sinon je reviens l'année prochaine. Pour le coup la technique d'analyser toutes les annales en inscrivant la fréquence à laquelle tombe chaque thème est intéressante.
Par exemple en anafi les questions sur les SIG, la CAF ou le bilan fonctionnel tombent tout le temps, donc à réviser.
En contrôle de gestion c'est le seuil de rentabilité / point mort. Clairement c'est ce qu'il faut faire si on ne peut pas tout apprendre.
J'avais fait ça pour une la disserte de droit du concours d'inspecteur des douanes, j'ai eu 14 en maîtrisant 1/6ème du programme, mais le sujet est tombé sur le bon sixième.
 
La méthode stakhanoviste. Tout apprendre, même en connaissant 90% du programme il suffit qu'un exercice tombe sur les 10% restant pour qu'on soit noté sur 15/16. Du coup le mieux reste de tout voir, même ce qui n'est pas forcément tombé, et essayer d'élargir le spectre des révisions pour les questions inhabituelles (genre la comptabilisation des chèques déjeuners).
 
La vraie solution elle est probablement entre les deux. Une très bonne maîtrise de ce qui tombe souvent, et une idée des principes de fonctionnement pour le reste.
 
Dans tout les cas il faut pratiquer un maximum. Ça permet de se rendre compte, qu'en fait, on a absolument pas compris l'opération en question. Il ne faut vraiment pas rester uniquement sur le cours. Et plus on pratique et plus ça va vite le jour de l'exam, ce qui laisse du temps pour les questions un peu plus difficiles.

Bouquins

Le programme est trop large pour un seul bouquin, mais trop superficiel sur certains thèmes pour nécessiter un achat selon moi.
Globalement pour la compta il faut le DCG9 et une toute petite partie du DCG10.
J'avais pris le DUNOD (un bouquin manuel + un bouquin corrigé du manuel) et ça m'a suffit. Je conseille vraiment de prendre les exercices, c'est là où on apprend le plus.
Introduction a la compta DCG9 - Edition DUNOD
DCG 9 - Introduction à la comptabilité 2018/2019: Corrigés du manuel

Pour l'anafi c'est dans le DCG6 (concerne plutôt l'inspecteur je pense), sinon pour tout ce qui est CAF, SIG il y a plein de choses sur le net qui suffisent (au final c'est juste des comptes à mettre dans le bon ordre et quelques retraitements à connaître).
 
Pour la compta de gestion, il n'y a pas grand chose dans le programme, j'avais juste révisé avec le net. Sinon il y a le carré rouge.
L'essentiel du contrôle de gestion Broché – 23 janvier 2018
 

Les préparations en ligne 

J'avais testé celle du CNED pour l'inspecteur des douanes, et j'ai pas accroché. Par contre j'ai utilisé supconcours pour inspecteur des finances publiques et j'ai trouvé ça intéressant.
 
Si je me souviens bien supconcours envoie deux bouquins de compta, un d'anafi et un de contrôle de gestion. A côté il y a 5 concours blancs qui sont corrigés et un polycop d'exercices auto-correctifs. Pour moi le côté positif c'est sur la partie contrôle de gestion avec beaucoup d'exercices sur les coûts complets que je ne connaissais pas du tout. 

L'écrit de compta 

Stratégiquement je laisse les exercices sur lesquels il est possible de galérer pour la fin. Par exemple l'ERB qui va durer une heure parce qu'il y a une erreur dans le sujet. Ou bien les exercices de coûts complets (il faut bien prendre son temps pour ne pas rater une étape sinon faut refaire tous les calculs). Je laisse aussi pour la fin les diagnostics financiers qui sont vraiment ajustable en terme de durée (ça peut être fait en 15 minutes ou en une heure).
 
Généralement je commence par les exercices avec des définitions, ou les petits exercices rapides (affectation de résultat, comptabilisation des stocks) ça permet de purger le sujet. Ensuite je passe sur le gros exercice avec pleins d'écritures et pleins de points.
 
Souvent le problème c'est la longueur. J'ai eu beaucoup de mal à terminer mon premier écrit dans les 3h. Avec le recul c'est moins une question de sujet d'examen que de pratique. À force d'entraînements tout devient rapide. Il y a également une question de lecture du sujet (ne pas passer les écritures qui ne sont pas demandées).
 
D'un point de vue technique. Chaque calcul doit être détaillé. Toutes les écritures ont un libellé. En cas de doute (plusieurs solutions comptable possible) personnellement je pose une hypothèse. Il faut aérer un maximum (~15 pages en 3h, il ne faut pas hésiter). 

L'oral de compta (concours d'inspecteur dgfip) 

On entre dans une pièce, sur chaque table il y a un pcg, une calculatrice et une boite remplie d'enveloppes. Un surveillant nous fait tirer 2 enveloppes. Il faut en choisir une (rendre l'autre) et on a 20 minutes pour préparer les petits exercices du sujet. Les sujets sont récupérés à la fin donc on ne peut pas écrire dessus (ce qui doit être bien galère pour faire un ERB).
 
Au bout de 20 minutes on est accompagné devant le jury. Dans la salle il y a le matériel classique et un petit tableau (genre chevalet). Théoriquement on a ~5 minutes pour présenter les exercices. Dans la pratique c'est à la discrétion du jury qui peut faire sauter des parties inintéressantes (genre le calcul de l'amortissement) pour passer directement aux écritures. Personnellement j'ai dû faire l'exercice en 1 minute / 1 minute 30, 3 écritures et c'était fini.
 
Ensuite le jury pose des questions sur tout le programme. On est moins sur un aspect technique (schéma d'écritures de la création d'un emprunt obligataire) et plus sur un aspect compréhension (l'impact d'une écriture, les raisons d'un retraitement sur les SIG). Donc majoritairement des choses simple qu'il faut expliquer. 

Conclusion 

La compta ça reste une épreuve où on peut jouer la loterie et avoir le concours en révisant peu, parce qu'il y a toujours des points donnés, des écritures de base. C'est possible d'être inspecteur en ayant 10 à l'écrit et 7 à l'oral de compta. Mais bon, l'idée c'est d'en faire un point fort.
 
Quand on maîtrise vraiment bien le programme la notation c'est entre 15 et 20. Derrière pour les autres épreuves c'est forcément beaucoup plus simple.
 
Bon courage à tous

Note eudesdeparis : à cet excelentissime témoignage, je rajouterai de regarder la rubrique Annales concours > copie de membres

Commentaires (3)

Ce commentaire a été minimisé par le modérateur sur le site

Bravo !
Merci pour ce témoignage et ta méthode de travail !

Ce commentaire a été minimisé par le modérateur sur le site

Merci beaucoup pour t'es explications très précieux, dommage que je connaissais pas ce site j'aurais appris beaucoup de chose surtout mes oraux blanc à l'ipag

Ce commentaire a été minimisé par le modérateur sur le site

Merci pour ton travail.

Ça peut me servir dans quelques années pour le A.

Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement